24 juin 2011

PARTAGER LES DOULEURS DE MARIE

« Je veux t'associer à moi... »

La Petite-Maman m’a prise dans ses bras comme une petite enfant, m’a caressée et m'a embrassée très tendrement.

J’ai pu voir que son Cœur très saint était tout criblé de flèches. Et, pleine de compassion, pendant qu'elle m'embrassait, je les Lui enlevais, avec beaucoup, beaucoup de précaution et les plantais ensuite dans mon propre cœur.

— O non, ma Maman chérie, l'enfant qui aime sa mère, s'il le peut, ne la laisse pas souffrir. Je veux, moi, endurer vos douleurs et celles de Jésus.

― Je veux, mon enfant, t'associer à moi et je veux que tu répares, par ta souffrance, pour le Cœur de mon Jésus : Il est si offensé ![1] Souffrons ensemble, unies dans la même douleur, comme un seul cœur.
Si seulement tu savais combien l'acte héroïque de ta bonté qui consista à m'enlever les flèches si aiguës qui me blessaient terriblement, réjouit mon Cœur et celui de Jésus ! Comme récompense Je t'offre mon amour, Je te donne tout ce que J'ai : distribue-le comme tu le voudras ; donne-le comme prix à ceux que tu aimes et qui te défendent. Moi aussi je les aime et Je leurs promets ma protection, ainsi que celle de Jésus...[2]


[1] Rappel du message de Marie à Fatima.
[2] Journal du 3 août 1949.

Aucun commentaire: