12 janvier 2011

LA VIE ACTIVE ET LA VIE CONTEMPLATIVE

Explication...

La vie active est l'innocence de bonnes œuvres ; la vie contemplative est l'aspi-ration aux biens supérieurs. La vie active est pour beaucoup de gens, la vie contemplative est pour quelques-uns. La durée de vie est le bon usage des biens terrestres, la vie contemplative est la joie de ne vivre que pour Dieu.

La durée de vie c’est donner du pain aux affamés, enseigner à son prochain la parole de sagesse, corriger les égarés, appeler les orgueilleux dans la voie de l'humilité, amener ceux qui sont en conflit à la concorde, visiter les malades, enterrer les morts, libérer les prisonniers et les captifs, secourir tous ceux qui ont besoin d'aide, fournir à chacun de ce dont il a besoin.

La vie contemplative est de se consacrer sans réserve à l'amour de Dieu et du prochain, à se rassembler devant l'entreprise de livrer exclusivement aux joies du Créateur, de sorte que, en laissant de côté tous les soucis du monde, l'esprit n'est rien de plus que de chercher enflammer le désir de voir le visage de Dieu dans la vie contemplative, l'âme apprend à supporter patiemment le fardeau de la chair corruptible et aspire à participer aux chants des chœurs angéliques, le désir d'entrer dans la coexistence citoyens du Ciel et de profiter de l'immortali-té éternelle dans la présence de Dieu.

La vie active sert Dieu dans le travail de ce monde: les maisons pauvres et les habiller, leur donner à manger et à boire, les visiter et les consoler, leur donner une sépulture pratiques et toutes les autres œuvres de miséricorde.

Il y a deux sortes de contemplation : une vie de communauté de vie dans les monastères, tandis que d'autres prennent la vie solitaire, isolé de tout le monde.

Mais il est plus heureux et parfait de la vie contemplative que le travail. Tout comme l'aigle, en regardant les rayons du soleil, mais pas pour aller chercher la nourriture pour votre corps, si les saints tour, à l'occasion, la vie contemplative à la vie active, considérant que, bien que plus sublime et bénéfique, doit ce-pendant, dans une certaine mesure, ces produits de qualité inférieure.

saints hommes sortent de temps à autre, de l'intimité de la contemplation à la vie active, mais revenir à la louange de Dieu dans l'esprit de la rencontre, où ils reçoivent la force intérieure qui leur permet de travailler ici pour la gloire du Seigneur.

Et si la volonté de Dieu qui tour contemplatif, parfois la vie contemplative à la vie active à l'utilitaire suivant, est aussi la volonté de Dieu que, parfois, ne leur faisait peur, alors ils peuvent se reposer dans l'intimité la plus douce contem-plation.

Du livre : “Sur la manière de bien vivre” attribué à Thomas de Montefrio, moine : (125 à 128: 184 PL, 1276-1278) (article XII)

Aucun commentaire: