09 mars 2009

AVOIR LA FOI AUJOURD'HUI

1-Qu’est-ce que la foi?

"La foi est la substance, la garantie des choses qu'on espère, la conviction, la preuve de celles qu'on ne voit point. C'est pour l'avoir possédée que les anciens ont obtenu un bon témoignage." (Hébreux XI , 1 et 2)
Incontestablement notre foi est liée à l’espérance car saint Paul dit encore : "Mais c'est en espérance que nous sommes sauvés. Or, voir ce qu'on espère, ce n'est plus espérer : car ce qu'on voit pas pourquoi l'espérer encore? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec patience". (Romains VIII, 24 et 25) Saint Paul dit aussi: "L'espérance ne trompe pas, car l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné". (Romains V , 5)
La foi est la base de tout, le point de départ de toute vraie vie, de tout amour, de tout don de soi. La foi est la fondation de toute vie chrétienne. Seule la foi a pu soutenir les saints dans leurs œuvres, leurs épreuves, leurs peines, leurs souffrances, à l'imitation de Jésus-Christ. Seule la foi permet d'accepter les contradictions et la souffrance. Seule la foi nous fait comprendre l'Eucharistie.
Il convient peut-être d'ajouter ici que la foi nous permet aussi de détecter les tentations qui sont parfois tellement perverses, car déguisées sous l'apparence de bonnes intentions. Les tentations, qu'est-ce que c'est? Comment les découvrir, comment en prendre conscience? Comment y résister? À propos de la foi et des tentations, il me semble qu'il faudrait, de temps en temps, reparler du démon, ne plus faire comme s'il n'existait pas. Car il existe et Jésus en a su quelque chose durant sa vie. D'ailleurs, écoutons saint Paul s'adressant aux Éphésiens. (Éphésiens chapitre 6, versets 13 à 17), et surtout le verset 16: "Ayez toujours en main le bouclier de la foi avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais..." Et aux Thessaloniciens saint Paul dira encore: " Pour nous qui sommes du jour, soyons sobres, prenant pour cuirasse la foi et la charité, et pour casque l'espérance du salut." (I Thes V, 8)

2-Quelle est notre foi ? En qui croyons-nous?

Avoir la foi, c'est d'abord croire en Dieu. Cela c'est relativement facile: si Dieu n'existait pas, nous n'existerions pas nous non plus. Oui, Dieu existe, Mais quel Dieu? Le dieu des boudhistes, ce dieu vague, un Grand Tout impersonnel dans lequel les hommes iront se perdre? Ou les dieux sanguinaires des Incas qui avaient besoin du sang humain pour survivre?... ou encore le dieu de l'islam, certes dieu vivant mais si loin des hommes et qui exige de ses "fidèles" le départ ou la mort des "infidèles"? Non, notre Dieu c'est le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, c'est le Père dont Adam et Ève s'éloignèrent... Dieu laissa Adam et Ève "voir" ailleurs, mais comme Il savait qu'ils seraient très malheureux loin de Lui, car le péché rend toujours malheureux, Dieu leur promit un Messie Sauveur qui naîtrait d'une Femme, laquelle écraserait la tête du serpent trompeur. Mais en attendant?
Quand les hommes furent trop malheureux loin de Lui, Dieu se manifesta à Abraham... Puis Il "entendit" le cri de son peuple écrasé et brimé en Égypte, et Il lui envoya Moïse et lui donna sa Loi. En effet, si les hommes ne voulaient plus être malheureux, ils devaient ne pas rendre les autres hommes malheureux, mais ils devaient les respecter. Si les hommes voulaient être heureux, ils devaient en conséquence rendre les autres heureux: c'est cela la Loi de Dieu, le Décalogue.
Mais notre foi chrétienne va encore beaucoup plus loin. La Femme promise fut conçue, immaculée, et elle mit au monde un Fils, le Messie tant attendu. Jésus est le Verbe de Dieu, le Fils unique du Père, Un avec le Père et l'Esprit au sein de la sainte Trinité. C'est cela notre foi, celle que notre proclamons tous les dimanches dans notre Credo. Saint Paul veut que nous proclamions notre foi et il précise : Si tu confesses de ta bouche que Jésus est Seigneur, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts tu seras sauvé. (Rom X , 9) Car notre foi c'est d'abord Jésus-Christ mort et ressuscité. Notre foi c'est Jésus, Verbe de Dieu incarné qui nous affirme que seules ses béatitudes, apparemment si contraires aux habitudes humaines, nous rendront heureux: "Bienheureux les pauvres de cœur... Bienheureux les cœurs purs... Bienheureux les miséricordieux... Bienheureux serez-vous quand on vous persécutera, qu'on dira toute sorte de mal de vous à cause de Moi..."
Il y a encore plus difficile à comprendre et à accepter. Paul "prêche un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les Gentils; mais pour ceux qui sont appelés, soit Juifs, soit Grecs, c'est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que la force des hommes." (I Cor I, 23 à 25) Et il insiste: "Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'ai appris moi-même, que le Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Ecritures; qu'il a été enseveli et qu'il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Ecritures..." (I Cor XV, 3 à 9)
Paul appuie son enseignement: "Et si le Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, vaine aussi est votre foi. Il se trouve même que vous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu, puisque vous avons témoigné contre lui qu'il a ressuscité le Christ, tandis qu'il ne l'aurait pas ressuscité, s'il est vrai que les morts ne ressuscitent pas... Et si le Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus. Si nous n'avons d'espérance dans le Christ que pour cette vie seulement, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes... Mais le Christ est bien ressuscité des morts, prémices de ceux qui se sont endormis." (I Cor XV, 14 et 15, et 17 à 20)
Oui, "nous cheminons dans la foi et non dans la claire vision..." (II Cor V, 7) Mais "c'est par grâce que nous avons été sauvés, au moyen de la foi... C'est le don de Dieu." (Éphés II, 8) Et même, précisera Paul aux Philippiens (I, 29): "Car il vous a été fait la grâce, non seulement de croire au Christ, mais encore de souffrir pour Lui..." "C'est dans le Christ que nous avons appris notre foi..." redit Paul aux Colossiens, et il faut "que nous persévérions dans la foi, solides et fermes, sans nous laisser détourner de l'espérance apportée par l'Évangile..." (Col I, 4 et 23)
Dès lors, comment mettre notre foi en pratique pour la rendre vivante? Jésus nous l'a enseigné: en aimant son prochain comme soi-même, en s'aimant les uns les autres comme Il nous a aimés, en pardonnant jusqu'à septante fois sept fois à ceux qui nous ont offensés, en allant jusqu'à aimer nos ennemis, à bénir ceux qui nous maudissent, à faire du bien à ceux qui nous font du mal... Mais il est impératif de conforter constamment notre foi, en écoutant et en mettant en pratique les enseignements de l'Église comme Paul le conseille fortement: "Je vous ai envoyé Timothée, notre frère... pour vous affermir et vous encourager dans votre foi..." (I Thes III, 2)

3-Ce que la foi a permis à nos pères de réaliser

Nous sommes en plein dans l'année saint Paul. C'est le moment de revoir ce que l'apôtre nous enseigne. Dans l'épître aux Hébreux, dans tout le chapître 11, saint Paul résume ce que la foi a permis à nos pères de réaliser: "Par la foi nous comprenons que le monde a été formé par une Parole de Dieu, le visible tirant ainsi son origine de l'invisible... C'est par la foi qu'Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn... C'est par la foi qu'Enoch fut enlevé sans qu'il eût subi la mort: car sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu... C'est par la foi que Noé, divinement averti des événements qu'on ne voyait pas encore, construisit, avec une pieuse crainte, une arche pour sauver sa famille... C'est par la foi qu'Abraham, obéissant à l'appel de Dieu, partit pour un pays qu'il devait recevoir en héritage, et se mit en chemin sans savoir où il allait... C'est par la foi que Sara, elle aussi, qui n'était plus dans l'âge de concevoir, en reçut la vertu... C'est pourquoi, d'un seul homme[1], déjà comme mort, sortit une postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel, et que les grains de sable innombrables qui sont sur le bord de la mer.
C'est dans la foi que ces patriarches sont tous morts... C'est pourquoi Dieu n'a pas honte de s'appeler " leur Dieu ", car il leur a préparé une cité. C'est par la foi qu'Abraham mis à l'épreuve, offrit Isaac en sacrifice... C'est par la foi qu'Isaac bénit Jacob et Esaü, en vue des choses à venir... "C'est par la foi que Moise, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu'ils virent que l'enfant était beau, et qu'ils ne craignirent pas l'édit du roi... C'est par la foi qu'il quitta l'Egypte, sans redouter la colère du roi; car il tint ferme, comme s'il voyait celui qui est invisible. C'est par la foi qu'il célébra la Pâque et fit l'aspersion du sang, afin que l'exterminateur des premiers-nés ne touchât pas à ceux des Israélites. C'est par la foi qu'ils passèrent la mer Rouge comme une terre ferme, tandis que les Egyptiens qui tentèrent le passage furent engloutis. C'est par la foi que les murailles de Jéricho tombèrent, après qu'on en eût fait le tour pendent sept jours. C'est par la foi que Rahab la courtisane ne périt pas avec les rebelles, pour avoir donné aux espions une sûre hospitalité."
Paul continue sa longue litanie et conclut, mettant en avant l'espérance liée à la foi de nos prédécesseurs: "eux tous que leur foi a rendus recommandables, n'ont pas obtenu l'objet de la promesse parce que Dieu nous a fait une condition meilleure pour qu'ils n'obtinssent pas sans nous la perfection du bonheur."

4-Ce que la foi nous demande, à nous

Notre foi nous demande de croire et d'obéir à la Loi de Dieu donnée sur le Sinaï et de vivre les Béatitudes et les conseils de Jésus. Pratiquement cela se vit généralement en fonction de son état de vie. Pour nous, les chrétiens, cela se vit essentiellement par le don de nous-mêmes à Dieu, en suivant les conseils de Jésus, le Fils du Père. "Car c'est en croyant de cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Ecriture: 'Quiconque croit en lui ne sera pas confondu.' " nous dit toujours saint Paul (Romains, X, 10 et 11) Dans les faits quotidiens, cela se traduit par vivre dans le Christ et avec le Christ, dans son Amour; donc, et ceci en est la conséquence inévitable, obligatoire, en aimant nos frères les hommes: "La foi qui n'agit pas est-ce une foi sincère[2]?..."
Car la foi en Dieu, et surtout notre foi en Jésus nous conduit inévitablement à aimer notre prochain: nous aimons Dieu, donc nous aimons aussi nos frères, et pour aimer vraiment nos frères comme Jésus nous le demande, il faut d'abord et avant tout aimer Dieu, donc Le servir. Car la foi en Dieu et en son Fils Jésus-Christ nous oblige à servir Dieu d'abord, donc à prier, beaucoup, à s'unir à Dieu dans une oraison autant que possible quotidienne. Il est également indispensable d'approfondir la doctrine chrétienne et les enseignements de Jésus, car on n'aime vraiment que ce que l'on connaît. Comment, en effet, aimer ce que l'on ne connaît pas. Et il ne faut jamais oublier que plus on aime, plus on désire aimer, et plus on désire connaître. Avec l'aide et le soutien de Dieu et de Celui que l'on aime.

5-Les doutes

Sans cesse Paul nous demande de rendre grâce pour l'accroissement de notre foi et de la charité que nous avons les uns pour les autres. Car dans notre monde où règne l'athéïsme, nous sommes tous exposés à vivre de sombres périodes durant lesquelles il nous semble que nous avons perdu la foi. Il nous est, en effet, parfois étrange de constater que de nombreux saints ont perdu la foi, du moins, c'est ce qu'ils croyaient. Ainsi, Thérèse de Lisieux, vers la fin de sa vie avouait: "Je crois parce que je veux croire, je crois ce que je veux croire..." Padre Pio lui-même, et c'est plus étonnant, supplia un jour, quelques mois avant sa mort: "priez pour moi, pour que je garde la foi..."
Ainsi, même Padre Pio qui avait été témoin de tant de manifestations divines sur lui, notamment ses stigmates, craignait de perdre la foi... Pourtant, il continua à vivre comme s'il avait conservé l'intégralité de sa foi. Qu'est-ce que cela veut dire?
Tous les hommes doivent, durant leur vie, traverser une ou plusieurs périodes de doutes. Les chrétiens connaissent bien ces détresses profondes durant lesquelles ils doivent cependant continuer à vivre comme s'ils avaient toujours la foi de leur jeunesse. Il leur semble qu'ils n'ont plus de repère, que Dieu, s'Il existe, les abandonne, que leur vie ne vaut rien, etc., etc... Mais cependant, animés par un reste d'espérance, ils conservent assez de force pour poursuivre leurs tâches, pour rester fidèles dans la prière, et pour rejoindre Jésus.
Il est étonnant de constater que Jésus aussi, a parfois été agacé par ses disciples, "esprits sans intelligence, lents à croire..." Il est encore plus surprenant de voir Jésus accablé à Gethsémani et criant vers le Père: "Père, s'il est possible, que ce calice passe loin de moi!" Ou encore: "Père, pourquoi m'as-Tu abandonné?" Certes, Jésus-Christ, Fils de Dieu et Dieu Lui-même, ne pouvait pas perdre la foi; mais Dieu incarné, désirant connaître toutes nos faiblesses, toutes nos détresses, il a voulu vivre ces instants redoutables durant lesquels Dieu semble être absent.
Tous les saints qui ont connu ces angoisses mortelles ont voulu cependant conserver la foi qui les avait guidés tout au long de leur route terrestre. Ils firent comme s'ils avaient toujours la foi, et poursuivaient leur chemin, vivant selon l'esprit de leur foi momentanément cachée. Quel exemple pour nous les chrétiens d'aujourd'hui!


Paulette Leblanc


[1] Saint Paul fait remarquer que "ce n'est point par la Loi que l'héritage du monde a été promis à Abraham et à sa postérité; c'est par la justice de la foi. Car si ceux qui ont la Loi sont héritiers, la foi est vaine et la promesse est sans effet, parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a pas de loi, il n'y a pas non plus de transgression. Donc c'est bien par la foi, afin que ce soit par grâce, pour que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à ceux qui relèvent de la Loi, mais encore à ceux qui relèvent de la foi d'Abraham, notre père à tous..." (Romains IV, 13à 16).

[2] Citation d'Esther, de Racine.

2 commentaires:

JS a dit…

avoir la foi, heureux les simples d'esprit, car il ne faut surtout pas réfléchir pour croire, autrement, c'est impossible; croire en l'homme , en soi, au bien, à la vie...mais pas à ces humiliations ( un homme ne doit jamais se mettre à genoux devant un autre homme,ou une "croyance " seulement si il y est obligé ) l'homme doit être libre, surtout de ses pensées...

Alphonse Rocha a dit…

Mon bon ami,
Avoir la foi c’est croire que Dieu est amour et qu’Il est là, face à toi pour te relever à chaque fois que tu tombes…
Avoir la foi c’est être certain que Dieu est Miséricorde et qu’il te pardonne chaque fois que tu manques d’amour envers Lui, si tant est que t’a le courage de Lui demander pardon…
Avoir la foi c’est — au contraire de ce que tu dis — avoir le courage de ses propres fautes et de les avouer humblement à Dieu…
Se mettre à genoux n’est pas humiliant, quand cet acte est fait avec amour et par amour pour Dieu qui te pardonne tes mauvais “égarements” quotidiens.
Avoir la foi c’est se savoir pécheur et aimé de Dieu qui t’accueil avec amour quand, devant Lui tu te reconnais pécheur…
Avoir la foi c’est se savoir pécheur mais aimé de Dieu…
Avoir la foi c’est se donner à Dieu de toutes les forces de l’âme et de Lui dire souvent — tout en sachant qu’Il le sait déjà ! — Seigneur, je t’aime, fais en moi selon ta volonté.
Avoir la foi c’est savoir se faire tout petit, se savoir enfant de Dieu et Lui parler comme un enfant cherche le sein de sa mère, quand il a faim.
Voila, mon bien-aimé frère, ce que le Seigneur de donne de te dire, en réponse à ton message.
Que le Seigneur te bénisse et te garde pour la vie éternelle !
Alphonse