15 février 2009

JAMAIS UN HOMME...

« Jamais un homme n'a parlé comme cet homme »

Dieu pourrait nous dire : « Puisque j'ai dit toutes choses dans ma Parole, mon Fils, il ne me reste plus rien à te répondre ni à te révéler... ' Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour, écoutez-le ' (Mt 17,5)... Ecoutez-le, car je n'ai plus rien à révéler, plus rien à manifester...
« Si donc tu désires entendre de ma bouche une parole de consolation, regarde mon Fils qui m'est soumis et qui, par amour, s'est livré à l'humiliation et à l'affliction, et tu verras tout ce qu'il te répondra. Si tu souhaites que je te découvre des choses cachées ou quelque événement, jette seulement les yeux sur lui et tu trouveras renfermés en lui de très profonds mystères, une sagesse et des merveilles de Dieu, suivant cette parole de mon apôtre : ' En lui, qui est le Fils de Dieu, sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science de Dieu ' (Col 2,3). Ces trésors de sagesse seront pour toi plus sublimes, plus savoureux et plus utiles que tout ce que tu pourrais apprendre par ailleurs. Aussi le même apôtre se glorifiait-il ' de ne pas savoir autre chose que Jésus Christ et Jésus Christ crucifié ' (1Co 2,2). Si tu veux des visions ou des révélations, soit divines, soit corporelles, regarde-le, ce Dieu fait homme, et tu trouveras là ce qui surpassera toutes tes pensées, car l'apôtre Paul dit encore : ' Dans le Christ habite corporellement toute la plénitude de la divinité ' (Col 2,9). »
Il n'y a donc plus lieu d'interroger Dieu comme autrefois, et il n'est plus nécessaire qu'il parle, puisque toute la foi au Christ a été promulguée. Il n'y a plus de foi à révéler et il n'y en aura jamais.

Saint Jean de la Croix (1542-1591), carme, docteur de l'Église ; La Montée du Carmel, II, ch. 22 (trad. OC, Cerf 1990, p. 736)