11 juillet 2008

SE CONVERTIR...

Se convertir, là, tout de suite !

Méditation

Je ne suis pas théologien, tu les sais… Seule une grâce spéciale de l’Esprit Saint venant à mon aide me permettra de t’en dire quelques mots au sujet de la conversion… Voyons !
Ne pensons pas que le Seigneur, une fois monté au ciel, lors de son Ascension, nous ait oubliés : le Seigneur nous a toujours présents devant Lui, non seulement nos ancêtres qui l’ont rejoint et nous qui vivons dans notre présent, mais tous ceux encore qui viendront après nous, car pour le Seigneur il n’y a pas de passé ni de futur ; pour le Seigneur tout est un éternel présent.
Le Seigneur nous appelle à la conversion sincère, mais cette conversion doit être immédiate, doit s’accomplir aujourd’hui, car nous ne sommes pas maîtres de notre lendemain : nous existons à l’instant, mais nous pouvons aussi disparaître à l’instant suivant… La sagesse populaire nous dit : “ne laissons pas pour demain ce que nous pouvons faire aujourd’hui”, là, tout de suite !
Comment se convertir là, tout de suite ?
Mais tout simplement en nous laissant porter par le Seigneur, en lui confiant notre être tout entier, sans restrictions… Il accepte toujours l’offrande sincère de nos êtres ; Il accepte toujours le cœur simple qui se donne sincèrement… Alors, dans un élan d’amour sincère, disons-lui simplement : “Me voici Seigneur, je suis tout à toi !”
Jésus n’a-t-il pas dit : “Venez à moi qui suis doux et humble de cœur ?”
Alors, mon ami, si tu dois te consacrer corps et âme à ton Dieu, n’attends pas demain, car demain peut être trop tard ; fais-le tout de suite : place ton cœur dans le Cœur de Jésus et laisse-le agir en toi.
Si tu savais quel bon jardinier il est !
D’une terre inculte et remplie de mauvaises herbes il fait un jardin magnifique aux fleurs odoriférantes ; d’une terre rocailleuse et improductive, il fait un champ labourable et productif, bon pour la moisson.
Écoute l’appel du Seigneur et laisse-toi happer par son aspiration divine ; ne te refuse pas à lui, car il t’aime depuis toujours et a donné sa vie pour toi !
Qu’est-ce qu’une minute dans le présent de Dieu ?
Cela n’est rien mais aussi beaucoup en même temps ! Rien, car dans l’infini de Dieu il n'y a pas de mesure, seul le présent existe, mais un présent qui est lui aussi infini, car Dieu est infini. Beaucoup, car il te permet de te convertir, d’entrer dans le Cœur de Dieu et d’y établir ta demeure et c’est cela que Dieu attends de toi, c’est pour cela qu’il prend “ton” temps.
Pour ta conversion ne te dis pas que t’auras le temps demain, car “demain” ne t’appartient pas… ton heure, dans le temps que Dieu a pris pour t’attendre, peut être terminée et demain tu ne seras plus qu’un souvenir pour les tiens et, qui sait, une douleur pour ton Seigneur et Dieu : la douleur de te perdre pour l’éternité.
Non, mon ami, c’est là, tout de suite, que tu dois dire à ton Dieu comme Marie notre Mère : « Seigneur, me voici, fais en moi selon ta volonté » (Lc. 1, 38).
Regarde vers le Seigneur, mon ami et mon frère, et dis-lui avec amour et tendresse, si tu ne sais pas dire autre chose : « Que ta volonté s’accomplisse en moi ! » (Lc. 1, 38)
Écoute-le t’adresser la même exclamation qu’à la samaritaine : « Si tu savais le don de Dieu ! » (Jn. 4, 10)
Écoute-le, mon frère, écoute-le afin qu’étant à ses pieds, il puisse te dire comme à Marie Madeleine : « Tu as choisi la meilleur part » (Lc. 10, 42).
Garde la parole du Seigneur en ton âme ; laisse-toi enseigner par elle et devient l’un de ces tout-petits qu’il a tant aimés. La parole de Dieu est porteuse d’éternité, garde-la en tout cœur et deviens toi-même un embryon d’éternité, un échantillon du paradis qui t’attend, un modèle pour tes frères. Le veux-tu ? Si tu le veux, souviens-toi que demain peut être trop tard et commence ton chemin dès aujourd’hui, dès maintenant : là, tout de suite !
T’arrive-t-il, mon ami, de penser au sang que Jésus a versé pour toi ?
Pas souvent, certainement, car cette pensée est, elle aussi, porteuse d’éternité : elle te fait comprendre l’amour de Dieu, cet amour si grand qui est allé jusqu’à se donner pour toi, toi le pécheur, toi qui l’a tant offensé…
Regarde-le en haut du Calvaire demander pardon pour toi à son Père…
Non seulement il est mort pour toi, mais en plus il demande pardon pour toi à son Père, car son seul et unique désir c’est que tu viennes le rejoindre dans le sein du Dieu éternel : « Père, pardonne-leurs, car ils ne savent pas ce qu’ils font ! » (Lc. 23, 33)
Oh ! amour, ô bonté infinie de notre Sauveur !
Ne sais-tu pas, mon ami que Jésus en donnant sa vie pour toi t’a fait renaître de nouveau et, renaître pour la vie éternelle ?
Tu as été baptisé. Te souviens-tu des promesses de ton baptême ?
“Mais, je n’ai rien promis, d’autres l’on fait pour moi, qu’ils assument leur responsabilité”, pourras-tu me rétorquer, avec désinvolture, il faut l’avouer. Mais je te dirai alors que tu es de mauvaise foi, car eux aussi, ils l’ont fait par amour pour toi, afin que tu fasses partie, toi aussi, de la famille de Dieu… N’es-tu pas fier d’appartenir à une aussi grande et belle famille ? N’es-tu pas heureux d’être appelé “enfant de Dieu” ?
Mon frère et mon ami, ne perdons pas de temps et ensemble, main dans la main, allons vers notre Dieu et ensemble, d’un seul cœur, disons-lui :
― Seigneur, me voici, fais qu’en moi s’accomplisse ta volonté, je veux vraiment être ton enfant : accueille-moi en ton sein, abrite-moi dans ton Cœur. “Je ne sais pas combien je t’aime, je ne sais pas comment je t’aime, mais je sais que je veux t’aimer”. Amen.

Aucun commentaire: