24 novembre 2006

DE L'IMPORTANCE DE L'ORAISON

selon saint Bonaventure

Ce saint et religieux exercice est loué et recommandé de tous les saints. Il est regardé comme le moyen d'acquérir la dévotion qui, bien qu'elle ne soit qu'une seule vertu, nous rend capables d'acquérir toutes les autres et, comme un puissant aiguillon, nous presse d'y travailler. Pour s'assurer combien cela est vrai, il n'y a qu'à voir combien saint Bonaventure le dit ouvertement:

« Si vous voulez souffrir avec patience les adversités et les misères de cette vie, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez obtenir le courage et la force de vaincre les tentations de l'ennemi, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez mortifier votre propre volonté avec toutes ses inclinations et ses appétits, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez connaître les astuces de Satan et déjouer ses tromperies, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez vivre dans la joie et marcher doucement dans les voies de la pénitence, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez chasser de votre âme les mouches importunes des vaines pensées et des soucis, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez nourrir votre âme de la moelle de la dévotion et l'avoir toujours remplie de bonnes pensées et de bons désirs, soyez homme d'oraison.

Si vous voulez fortifier et affermir votre courage dans les voies de Dieu, soyez homme d'oraison.

Enfin, si vous voulez déraciner de votre âme tous les vices et planter en leur place les vertus, soyez homme d'oraison.

C'est dans l'oraison que l'on reçoit l'union et la grâce du Saint-Esprit qui enseigne toutes choses. Je dis plus, si vous voulez vous élever à la hauteur de la contemplation et jouir des doux embrassements de l'Epoux, exercez-vous à l'oraison. Elle est la voie par laquelle l'âme s'élève à la contemplation et au goût des choses célestes. Voyez-vous déjà quelle est la vertu et quel est le pouvoir de l'oraison ? Mais pour prouver tout ce qui vient d'être dit, sans nous servir du témoignage des Ecritures divines, tenons-nous en à ceci : c'est que nous avons entendu et vu, et que nous voyons tous les jours un grand nombre de personnes simples qui ont obtenu tous les biens que nous avons énumérés et d'autres plus grands encore, par le moyen de l'exercice de l'oraison ».

Ici finissent les paroles de saint Bonaventure.

St Pierre d'Alcantara
(1499-1562)

*****

Extrait du Traité de l'oraison et de la méditation, traduit de l'espagnol par l'Abbé Cénat de l'Herm, introduction de Frère Ephraïm, Editions des Béatitudes — Burtin — 41 600 Nouan-le-Fuzelier.

14 novembre 2006

LA DIMENSION CONTEMPLATIVE

"acte unifiant de l'élan de l'homme vers Dieu"

1.— La dimension contemplative est radicalement une réalité de grâce, vécue par le croyant comme un don de Dieu qui lui permet de connaître le Père (cf. Jean 14, 8), dans le mystère de la communion trinitaire (cf. 1 Jean, 1, 1-3), afin de pouvoir goûter « les profondeurs de Dieu » (I, Cor. 2, 10).

Il ne s'agit pas ici d'entrer dans des problèmes nombreux et délicats concernant les divers modes de contemplation, ni de faire une analyse de la contemplation comme don infus par le Saint-Esprit.

Nous décrivons la dimension contemplative fondamentalement comme la réponse théologale de foi, d'espérance et d'amour par laquelle le croyant s'ouvre à la révélation et à la communion du Dieu vivant, par le Christ dans l'Esprit-Saint. « L'effort de fixer en Lui (Dieu) le regard et le coeur, que nous appelons contemplation, devient l'acte le plus élevé et le plus plein de l'esprit, l'acte qui, aujourd'hui encore peut et doit hiérarchiser l'immense pyramide de l'activité humaine » (Paul VI, 7-XII-1965).

Comme acte unifiant de l'élan de l'homme vers Dieu, la dimension contemplative s'exprime dans l'écoute et dans la méditation de la Parole de Dieu ; dans la communion de la vie divine transmise par les Sacrements, et de façon spéciale par l'Eucharistie ; dans la prière liturgique et personnelle ; dans le désir constant et la recherche de Dieu et de sa volonté dans les événements et les personnes ; dans la participation consciente à sa mission salvifique ; dans le don de soi aux autres pour l'avènement du Royaume. Il en résulte, dans le religieux, une attitude d'adoration humble et continue de la présence mystérieuse de Dieu dans les personnes, dans les événements, dans les choses: attitude qui manifeste la vertu de piété, source intérieure de paix et porteuse de paix dans tous les milieux de vie et d'apostolat.

Tout ceci se réalise sous la purification progressive de la croix, à la lumière et sous la conduite de l'Esprit-Saint, afin que nous puissions rencontrer Dieu en tout et en tous pour devenir « louange de sa gloire » (Eph. 1, 6).

Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique : 1980 “La dimension contemplative de la vie religieuse”, 1.